© Michel Fingerhut 1995-8 ^  

 

Nadine Heftler:
Mon arrivée à Birkenau
in Après Auschwitz n° 252 (juin 1994) © Amicale des déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie 1994
Reproduction interdite sauf pour usage personnel - No reproduction except for personal use only


Nous remercions l'Amicale des déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie de nous avoir autorisés à reproduire ce texte.

La première impression est de se trouver transportée sur une autre planète, tant le spectacle parait irréel: une immense plaine en terre boueuse. quelques petites « huttes » basses en pierres et une multitude de femmes revêtues de sortes de sacs en gros jute serré à la taille par une ficelle et un fichu sur la tête, courant en tous sens.

Dès que les portes du train s'ouvrent, on entend des cris « Alles Raus » (tout le monde dehors) et avec beaucoup de sauvagerie et de précipitation on intime l'ordre de sauter en bas du train: les chiens de SS courent, aboient et mordent au besoin: les bagages sont jetés pêle-mêle sur la rampe du chemin de fer. On sent que l'on bascule subitement dans un monde totalement « fou » et inconnu...

Une haute cheminée crache en plein jour des flammes oranges...

Aussitôt on sépare les hommes des femmes et des enfants et commence la plus terrible des « sélections » faite par un « médecin » SS: seuls auront droit d'entrer dans le camp les adultes en bonne santé apparente âgés d'environ 18 à 35 ans... les autres, c'est-à-dire les nourrissons, les enfants, les adolescents, les gens âgés de plus de 35 à 40 ans maximum, les malades, les infirmes, les vieillards, les femmes accornpagnées d'enfants et les personnes portant des lunettes sont destinés à être immédiatement exterminés et sont dirigés, en camion, vers les chambres à gaz.

Ceux qui ont « la chance » de rentrer dans le camp s'en vont en rang par cinq, au pas militaire, vers le « sauna » (bâtiment des douches) ou après avoir définitivement abandonné tous leurs vêtements et leurs objets personnels, ils sont gratifiés d'une douche (quelques gouttes d'eau. sans savon. ni serviette).

Puis, on leur rase la tête et enfin on procède au tatouage sur l'avant-bras gauche d'un numéro-matricule qui leur tiendra lieu désormais de nom et de prénom.

Nadine Heftler

____________________________

Server / Server © Michel Fingerhut 1996-2001 - document mis à jour le 15/11/1998 à 13h25m08s.
Pour écrire au serveur (PAS à l'auteur)/To write to the server (NOT to the author): MESSAGE