© Michel Fingerhut 1995-8 ^  

 

Pierre Bridonneau:
Oui, il faut parler des négationnistes
ISBN 2-204-05600-0 © Éditions du Cerf 1997
Reproduction interdite sauf pour usage personnel - No reproduction except for personal use only


Nous remercions Pierre Bridonneau et les Éditions du Cerf de nous avoir autorisés à reproduire ces textes.

Pierre Bridonneau, nantais, universitaire à la retraite, a été membre du corps franc Pommiès ; arrêté en 1943 par la Gestapo, il a été déporté à Buchenwald, puis à Harzungen et Bergen-Belsen. II fut rapatrié en 1945 et dut alors passer trois ans à l'hôpital. Dans L'Odeur et la Peur (Éd. du Cerf, 1984), il évoque ses souvenirs de la résistance et des camps et raconte comment cette expérience l'a amené à militer pour Amnesty International.

Pierre Bridonneau écrit: « En 1986, l'affaire Roques, à l'université de Nantes où j'enseignais encore deux ans plus tôt, me mobilisa. L'étude de sa thèse et des ouvrages de sa bibliographie me prouva que, sous couvert d'un travail (pseudo-)scientifique, Roques non seulement remettait en cause le génocide juif, mais tentait de réhabiliter le nazisme avec la complicité d'un jury d'enseignants favorables à ses thèses. Ma situation d'ancien déporté me permit de mettre au jour quelques grosses ficelles révisionnistes. En février 1987, je témoignai pour le journal Libération lors du procès en diffamation que Roques lui avait intenté. Après quelques années de tergiversations, dans la crainte de faire indirectement de la publicité aux révisionnistes, baptisés depuis négationnistes, je me décidai enfin à écrire ce livre pour les démasquer, incité à cela par le travail de taupe qu'ils poursuivaient. »

Avec cet ouvrage, l'auteur veut fournir des éléments permettant de percer à jour ceux qui travestissent des motivations antisémites sous une prétendue qualité d'historien. Il s'agit non seulement ici de témoigner de faits incontestables, mais de faire clairement apparaître le processus de manipulation des textes et l'entreprise de « désinformation » à laquelle se livrent ceux qui nient ces faits. Il s'agit également de dénoncer certains « intellectuels » qui, au nom d'une liberté de jugement souvent plus politique que philosophique, sont les alliés objectifs des négationnistes. Même s'ils avouent parfois, avec une certaine naïveté, en ignorer les écrits.

 
  chapitre suivant

____________________________

Server / Server © Michel Fingerhut 1996-2001 - document mis à jour le 05/12/2000 à 15h29m30s.
Pour écrire au serveur (PAS à l'auteur)/To write to the server (NOT to the author): MESSAGE