© Michel Fingerhut 1995-9 ^  

 

Pierre Durand:
Du nouveau sur le passé nazi de Wernher von Braun
in l'Humanité (3 février 1997) © L'Humanité 1997
Reproduction interdite sauf pour usage personnel - No reproduction except for personal use only


Nous remercions l'Humanité de nous avoir autorisés à reproduire ce texte.
"The Buchenwald Report", Westview Press, Boulder-San Francisco-Oxford. Traduction allemande: "Der Buchenwald Report", Verlag CH Beck. (Munich). "Mondsüchtig Wernher von Braun et la naissance de l'Aérospatiale dans un esprit de barbarie", par Rainer Eisfeld, Rowohlt (Hambourg). "L'Affaire Paperclip. La récupération des scientifiques nazis par les Américains. 1945-1990.", par Linda Hundt, éditions Stock, 404 pages, 140 francs. "Coma, Auschwitz, no A. 5553", par Françoise Maous, éditions Le Comptoir, 182 pages, 90 francs. "AS et FTP. Forêt de Bourgarel. Printemps-été 1944", par Camille Rozier, 400 pages, 130 francs, disponible chez l'auteur: 92, rue Jean-de-La-Fontaine, 42153 Riorgues.

Dans les jours qui suivirent la Libération de Buchenwald, les services de la guerre psychologique de l'armée américaine procédèrent à une vaste enquête sur l'histoire de ce camp de concentration nazi. Un "rapport" fut établi sur la base, notamment, de nombreux témoignages recueillis par une équipe d'anciens détenus sous la direction d'Eugen Kogon, déporté autrichien d'opinions conservatrices. Celui-ci s'en servit pour écrire son livre célèbre "l'Etat SS".

Le rapport lui-même fut considéré comme "secret" par les autorités américaines, échappant ainsi à la curiosité des historiens. Or, il en existait une copie entre les mains du chef de l'équipe américaine des services de renseignements, Albert G. Rosenberg, qui la remit à un professeur de l'université d'El Paso, au Texas, David H. Hackett. Celui-ci vient de la publier intégralement, en expliquant dans sa préface que le secret maintenu jusqu'ici avait été dicté par les besoins de la guerre froide parce que ce rapport établissait sans conteste possible que les communistes - notamment allemands - internés à Buchenwald avaient acquis un mérite éminent dans la défense de leurs camarades de toutes nationalités et avaient dirigé l'insurrection au terme de laquelle les troupes américaines trouvèrent le camp libéré.

Ce texte met ainsi fin à un certain nombre de mensonges et d'erreurs qui ont marqué depuis cinquante ans l'historiographie de Buchenwald. Il n'existe malheureusement, jusqu'ici, qu'en anglais et en allemand1. On sait que c'est dans les tunnels du camp de concentration de Dora, qui dépendit, presque jusqu'à la fin de la guerre, de l'administration SS de Buchenwald, que furent construites, au prix de la vie de plus de 20.000 déportés, les armes secrètes de Hitler dites "V1" et "V2". Le grand patron de cette entreprise criminelle n'était autre que Wernher von Braun, l'homme qui construisit la fusée américaine qui atteignit la Lune.

L'historienne américaine Linda Hundt vient de révéler que von Braun était parfaitement au courant des crimes commis à Dora, qu'il était depuis le début un nazi militant, farouche admirateur de Hitler. Or, les autorités américaines étaient au courant, mais elles ont maintenu le secret dont elles avaient recouvert ce qui, en nom de code, s'appelait "Paperclip", opération consistant à récupérer les savants et les techniciens de l'industrie de guerre pour les besoins des armées des Etats-Unis. C'est ainsi que furent étouffés tous les procès que la justice américaine tenta d'intenter aux criminels de guerre nazis, et que l'on s'efforça de couvrir d'un épais voile de silence ce qui s'était passé à Dora.

Un historien allemand, le professeur Rainer Eisfeld, vient de son côté de publier une biographie de von Braun qui confirme et complète les révélations de Linda Hundt2. C'est von Braun lui-même qui demanda un rendez-vous à Hitler, qui le reçu, pour lui expliquer qu'il fallait construire des fusées capables de détruire des villes étrangères depuis des pas de tir établis en Allemagne et qu'il se faisait fort de réaliser ce projet. Hitler et ses adjoints décidèrent de l'aider par tous les moyens, notamment en lui fournissant une main-d'oeuvre concentrationnaire qui garderait le secret (puisqu'elle était destinée à périr)3.

Parmi les livres récemment parus et consacrés à la déportation, signalons celui de Françoise Maous: "Coma, Auschwitz no A. 5553", émouvant témoignage sur la déportation vers les chambres à gaz d'une jeune française, heureusement rescapée, écrit dès 1946 - ce qui lui confère un caractère d'authenticité incontestable (préface de Pierre Vidal-Naquet)4. Enfin, sur la résistance en France, il faut noter la parution d''AS et FTP. Forêt de Bourgarel. Printemps-été 1944', écrit par un combattant, Camille Rozier5. Ce livre a le mérite de mettre en scène des maquisards appartenant aux deux grandes formations de la résistance armée, avec leurs différences et, surtout, l'idéal commun qui les unit.

PIERRE DURAND

____________________________

Server / Server © Michel Fingerhut 1996-2001 - document mis à jour le 05/12/2000 à 15h29m32s.
Pour écrire au serveur (PAS à l'auteur)/To write to the server (NOT to the author): MESSAGE