© Michel Fingerhut 1995-9 ^  

 

Roger Maria:
Théâtre ès poésies
Crier toujours jusqu'à la fin du monde

in l'Humanité (19 octobre 1998) © L'Humanité 1998
Reproduction interdite sauf pour usage personnel - No reproduction except for personal use only


Nous remercions l'Humanité de nous avoir autorisés à reproduire ce texte.

Benjamin Fondane, montage poétique et interprétation d'Eve Griliquez. Théâtre du Tourtour, du mardi au samedi à 20 h 30. Location: 01.48.87.82.48. Jusqu'au 31 octobre.

Poètes de France par droit d'origine ou en exil, ils furent quelques-uns assassinés par l'occupant nazi dont nous gardons la juste mémoire: Max Jacob, Robert Desnos, Saint-Pol Roux dit le Magnifique, d'autres, moins connus. Mais nous pensons que, dans cette fratrie d'élection, Benjamin Fondane est par trop oublié.

Eve Griliquez, qui s'est vouée de longue date au service des poètes et de la chanson comme on entre en religion, met pour un mois à l'affiche Benjamin Fondane, qui fut en son temps - le nôtre - un gazé d'Auschwitz pathétique et... discret.

Reconnu par une poignée d'enthousiastes, négligé par le plus grand nombre, peut-être verra-t-on enfin cette oeuvre rare, qui fut rééditée seulement en 1996, à sa place reconnue, une oeuvre qui témoigne avec chaleur d'un temps de cruauté (Artaud). En cette période où le procès Papon a remis en mémoire l'étendue de la notion nouvelle de crimes contre l'humanité, il est impératif de redécouvrir cette poésie et de savoir que Fondane était d'un des derniers convois partis de Drancy en 1944. Cette année, on fête le centenaire de sa naissance à Iasi; un film a été réalisé par la cinéaste Ana Simon; un colloque se tiendra à Royaumont et un numéro spécial de la revue 'Europe' lui est consacré. Rencontre avec Eve Griliquez à propos de celui qui s'était engagé à 'Crier toujours jusqu'à la fin du monde!...'

Eve Griliquez, vous avez proclamé de nombreux poètes à travers vos spectacles de poésie, parmi eux: Nazim Hikmet, Boris Vian, Robert Desnos, les poètes yiddish, latino-américains... Vous avez aimé associer aux poèmes la musique et la chanson. Aujourd'hui, vous éveillez l'attention sur Benjamin Fondane, comment avez-vous rencontré son oeuvre?

Par Claude Sernet, son ami. Ils étaient quelques poètes roumains venus en 1923 à Paris: Sernet, Voronca, Fondane. Ce dernier, mort en 1944, Auschwitz-Birkenau, est resté méconnu. Après la Libération, une revue 'les Cahiers du Sud', auxquels il avait collaboré, lui a consacré un numéro, puis plus rien. Jusqu'en 1965, où Sernet a édité 'l'Exode', toutes ses oeuvres de philosophie parues avant la guerre avaient disparu. J'ai été impressionnée par la 'Préface en prose', un de ses poèmes paru chez Plasma, 'le Mal des fantômes'. Puis l'édition a fait faillite. Grâce à l'acharnement de Michel Carassou, qui a monté une maison d'édition, Paris-Méditerranée, en 1996, on peut lire enfin ses poèmes, plus son oeuvre roumaine traduite en français.

Pourquoi l'idée de monter un tel spectacle?

Je trouve sa poésie ardente, lisible. Elle peut toucher un nombreux public. Elle est à la fois le reflet d'une époque et en même temps si proche aujourd'hui encore. C'est une poésie toute émotive, immédiate. J'ai déjà réalisé plusieurs hommages à Fondane et j'ai constaté le pouvoir d'écoute de sa poésie.

Comment se présente la mise en scène?

C'est un montage d'une vingtaine de poèmes qui présentent la vie de Fondane depuis son enfance moldave, ses errances, ses voyages, son éthique, jusqu'à sa fin. Ces poèmes sont interprétés par Yves-Jacques Bouin, un comédien très fin et sensible, et par moi. Cette évocation est ponctuée de chants yiddish et tziganes interprétés par Jacques Grober, accompagné par Misha Nisimov à l'accordéon. Roumain, juif, Français, Fondane est universel.

ROGER MARIA

____________________________

Server / Server © Michel Fingerhut 1996-2001 - document mis à jour le 11/02/1999 à 16h27m35s.
Pour écrire au serveur (PAS à l'auteur)/To write to the server (NOT to the author): MESSAGE